(Chronique) Dutch Nuggets un son Californien, mais Québécois.


TITRE : NERVOUS WRECK /
GROUPE :
DUTCH NUGGETS

LABEL : INDÉPENDANT /
VILLE : MONTRÉAL / PAYS : CANADA
SORTIE : 30/03/2013


Un bon disque comme celui-ci, je n’en avais pas entendu un aussi bon disque rapide, mélodique. Ça fait du bien d’entendre un album avec des musiciens aussi talentueux qu’ils soient. Même si ce n’est pas une recette réinventé. Les montréalais Dutch Nuggets ont de quoi être fiers de leur premier disque. Ils passent le test haut la main avec leur skate punk des années 90 à la sauce Fat Wreck Chords.

Nervous Wreck du quatuor Dutch Nuggets, c’est frais, intense et les mélodies incendiaires sont amenées comme de véritables assauts d’une dextérité promettante. Ce n’est pas sans rappeler la sonorité des belles années des Satanic Surfers, mais surtout celle des albertains Belvedere, comme sur Losing Friends, Shovel & Granny, Patience et Lock You Doors. On peut même pousser la ressemblance de la voix du chanteur principal Gabriel Malette, à celle de Steven Rawles (Belvedere, This Is A Standoff) combinée à celle de Rodrigo Alfaro (Satanic Surfers, Atlas Losing Grip).

Les ressemblances musicales ne s’arrêtent pas là. Tasteless pourrait parfaitement avoir été écrite et interprétée par Fat Mike avec NOFX. D’ailleurs, j’ai quelques amis qui croyaient que ce titre était de la formation de San Francisco, lorsque je leur ai fait entendre; ils n’en revenaient pas. Tous étonnés de voir qu’un groupe de Montréal inconnue de la scène puisse sonner aussi californien que cet album. Ce n’est pas étonnant de voir que des québécois puissent être d’excellents musiciens.

D’un bout à l’autre du disque, les pièces sont increvables et rapides. Elles dégagent une excellente énergie. Un seul clique et les mèches sont allumées, elles s’avèrent être de grosses explosions pendant les 32 minutes et 29 secondes de l’album. Vous aussi aurez la même piqûre qu’eux à coup sûr. Prenez, par exemple, la première chanson Not a Straight Line. Les accords sont enchaînés en quatrième vitesse, la basse claque solidement, la batterie défonce le rythme, bref les membres démontrent parfaitement leur savoir-faire avec insistance. Une excellente pour le départ du disque qui nous prépare bien pour la suite de cette effort sous estimé de la part de plusieurs mélomanes de la planète.

S’il y en a une sur ce disque qui se démarque du lot, c’est bien le titre Coffee Stain Pattern, une pièce de 8 minutes avec une force puissance, de l’énergie à revendre, elle s’atténue un peu vers le milieu du morceau pour ensuite finir au plus haut degré vocal et musical qu’ils peuvent jouer dans ce disque, un skatecore assez colosse, digne des grandes formations américaines que certains admirent depuis longtemps.

On a aussi droit à une très courte pièce francophone intitulé 23, un texte qui parle d’un jeune adulte qui rêve de fréquenté une fille plus vieille que lui et qui au final a cause de sont âge restera qu’au stade du rêve, du fantasme. Une pièce quand même pertinente pour une pause bien méritée dans l’intensité de l’album. Ils nous démontrent un petit côté acoustique au début qui pourrait être développé davantage dans leur prochain album, qui sait? Espérons-le mais les chances sont faibles…

J’ai remarqué la quantité incroyable de maturité que ces jeunes ont dans leur paroles et leur musique, malgré le fait qu’ils sont dans la début vingtaine. Ils se forgeront un bel avenir dans cette scène québécoise et on leur souhaite d’aller plus loin. Pousser la machine ne sera pas une mince tâche, mais ils ont la flamme pour se démarquer et aller encore plus loin que ce premier effort.

C’est d’ailleurs pour ce talent phénoménal qu’après l’avoir sortie de façon indépendante ont le retrouve depuis la fin 2013, début 2014, disponible chez Bells On Records (Japon), My Finger My Brains Records (Ontario), Bird Attack Records (État-Unis) et d’autres bonnes maisons de disques. Et sans doute le meilleur album de 2013.

ÉCRIT PAR: DESLO

 

2 réflexions sur “(Chronique) Dutch Nuggets un son Californien, mais Québécois.”

  1. J’ai acheté leur album suite à leur prestation au Pouzza 5… MALADE! Du punk comme je l’aime! La toune « Not a Straight Line »… du bonbon à mes oreilles 🙂

    J’aime

Les commentaires sont fermés.